Web Analytics Made Easy - StatCounter

Comment les molécules en font toujours plus ?

PAR Daniel Lieberman et Michael E. Long 

La dopamine est connue comme la substance chimique de l’amour, de la créativité et de la dépendance. Elle nous pousse à atteindre la grandeur, mais elle peut aussi nous conduire à notre perte. Pour nous aider à comprendre cette molécule délicate, le Dr Daniel Lieberman et Michael E. Long ont coécrit le livre The Molecule of More : How a Single Chemical in Your Brain Drives Love, Sex, and Creativity – and Will Determine the Fate of the Human Race.

Les auteurs du livre, Daniel Z. Lieberman, MD, professeur et psychiatre à l’université George Washington, et Michael E. Long, conférencier à l’université de Georgetown, révèlent des clés qui pourraient avoir un impact sur la vie de beaucoup d’humains. Le livre révèle comment une substance chimique du cerveau suscite nos désirs, alimente notre créativité et nous fait tomber amoureux.

En s’appuyant sur les dernières découvertes de la psychologie, des neurosciences et des études sociales pour étudier le rôle de cette puissante substance chimique du cerveau dans nos pensées et notre comportement, cet ouvrage explique ce que des recherches scientifiques peuvent nous apprendre sur la toxicomanie, les maladies mentales et les désaccords politiques.

En lisant ce résumé, vous aurez les idées essentielles développées dans ce livre. Vous appréhenderez mieux certains comportements humains que l’on croyait sans rapport : l’amour, les affaires, les convictions politiques, la dépendance aux drogues, etc. Sans plus tarder, entrons dans le vif du sujet.

La dopamine : la molécule des possibilités

Beaucoup de personnes entendent parler de la dopamine, mais ne savent pas exactement ce que c’est et ce qu’elle fait. Les auteurs du livre The Molecule of More nous explique ce que c’est la dopamine exactement.

Si vous avez déjà entendu parler de la dopamine, vous la connaissez probablement comme la substance chimique du cerveau qui procure une sensation de bien-être. La dopamine est une substance chimique présente dans le cerveau. Elle est comme le chef d’orchestre. Elle s’allume, s’éteint, augmente ou diminue le volume de nombreuses zones différentes du cerveau. Par conséquent, elle a une influence extérieure, démesurée, sur notre comportement.

En effet, après que la chercheuse Kathleen Montagu a identifié pour la première fois la dopamine dans un cerveau humain en 1957, les scientifiques ont rapidement surnommé sa découverte « la molécule du plaisir ». En effet, le plaisir est exactement ce que les gens ressentent lorsque la dopamine est active dans leur cerveau.

La dopamine : le neurotransmetteur de la motivation

Notre cerveau est programmé pour avoir soif de l’inattendu et donc pour se tourner vers l’avenir, où commence toute possibilité excitante. C’est cette erreur heureuse qui déclenche l’action de la dopamine. Ce n’est pas le temps supplémentaire ou l’argent supplémentaire. C’est le frisson de la bonne nouvelle inattendue.

C’est le plaisir de l’anticipation — la possibilité de quelque chose d’inconnu et de meilleur.

Familiarité – Mais ce n’est pas le café et le croissant qui ont changé, c’est votre attente. Le cerveau étant programmé pour avoir envie de l’inattendu et par conséquent à regarder vers l’avenir, lorsque quelque chose devient familier, l’excitation disparaît. La passion s’élève lorsque nous rêvons d’un monde de possibilités, et s’estompe lorsque nous sommes confrontés à la réalité.

Acquérir quelque chose hors de votre portée peut également nécessiter une certaine planification. Le neurotransmetteur qu’est la dopamine est à l’origine du désir (via le circuit du désir) et de la ténacité (via le circuit du contrôle) ; la passion qui montre la voie et la volonté qui nous y mène.

Deux types d’espace — deux fonctions cérébrales différentes

  • Extra personnel

Caractéristique des choses dans l’espace extra personnel : pour les obtenir, il faut des efforts, du temps et, dans de nombreux cas, de la planification.

  • Péri personnel

Contraste, tout ce qui se trouve dans l’espace péri personnel peut être vécu dans le moment présent.

Le rôle de la dopamine dans votre corps

La dopamine a un rôle très spécifique : maximiser les ressources qui seront à notre disposition dans le futur ; la poursuite de meilleures choses.

Le glamour crée des désirs qui ne peuvent pas être satisfaits parce que ce sont des désirs pour des choses qui n’existent que dans l’imagination. En ce qui concerne l’amour, la perte de la passion amoureuse finira toujours par arriver, et il faudra alors faire un choix. En fait, la sensation de nouveauté déclenchée par la dopamine ne dure pas indéfiniment.

La dopamine n’a pas de critère de qualité et ne cherche pas de ligne d’arrivée. D’après une nouvelle hypothèse, la dopamine n’est pas la molécule du plaisir, après tout. C’est la molécule de l’anticipation.

Les molécules Here and Now

La plupart des gens ont entendu parler des molécules Here and Now ou des H&N. Il s’agit de la sérotonine, de l’ocytocine et des endorphines. Par opposition au plaisir de l’anticipation via la dopamine, ces substances chimiques nous procurent le plaisir de la sensation et de l’émotion.

L’insatisfaction de l’état actuel des choses est un ingrédient important pour provoquer le changement, ce qui est le but d’une nouvelle relation. Tout comme la dopamine est la molécule du désir obsessionnel, les substances chimiques les plus associées aux relations durables sont l’ocytocine et la vasopressine.

La dopamine répond non pas à une récompense, mais à une erreur de prédiction de la récompense : la réelle récompense moins la récompense attendue.

Il y a une grande différence entre vouloir quelque chose et l’aimer

Au sens large, dire que quelque chose est « importante » est une autre façon de dire qu’il est lié à la dopamine. Les circuits de la dopamine ne traitent pas l’expérience dans le monde réel, mais seulement les possibilités futures imaginaires.

Ils sont tellement attachés à la stimulation dopaminergique qu’ils fuient le présent et se réfugient dans le monde confortable de leur propre imagination. Le circuit du désir est, pour ainsi dire, un simple vendeur.

Le remord de l’acheteur est l’échec de l’expérience H&N à compenser la perte de l’excitation dopaminergique. Une autre façon d’éviter les remords de l’acheteur consiste à acheter quelque chose qui déclenche davantage d’attentes dopaminergiques. En revanche, la prochaine fois que vous visitez le site, ce n’est plus une erreur. Il n’y a plus d’erreur de prédiction de récompense.

La dopamine et les envies de consommation de drogue

Voici trois choses qui peuvent déclencher l’envie de consommer de la drogue et faire basculer les personnes dans la rechute : les gens, les lieux et les objets. Tout le monde pense, à tort, que vous vous défoncez. Ce que vous obtenez vraiment, c’est un soulagement de la dépression.

Lorsqu’une récompense attendue ne se matérialise pas, le système de dopamine s’arrête. Lorsqu’une récompense attendue ne se matérialise pas, le taux de tir de la dopamine tombe à zéro, et c’est terrible.

Stimuler la dopamine peut conduire à un engagement enthousiaste pour des choses qui seraient autrement perçues comme sans importance. L’effet dopaminergique est également évident lorsque les fumeurs de marijuana se perdent dans leurs propres pensées, flottant sans but dans des mondes imaginaires qu’ils ont eux-mêmes créés.

La dopamine et la dépendance

La dépendance découle de la culture chimique du désir. Lorsqu’il n’y a pas assez de dopamine dans ce circuit, les gens deviennent raides et tremblants, et ils se déplacent lentement. En matière de dépendance, la facilité d’accès est importante.

Aujourd’hui, les photos et vidéos pornographiques peuvent être obtenues en quelques secondes et en toute intimité. Il n’y a pas d’obstacles liés à la gêne ou à la honte. Les barrières à l’achat — l’embarras ou la honte. Qu’est-ce qui est socialement acceptable ? Première tâche : rendre quelque chose socialement acceptable.

La dopamine et la compétition

Gagner des compétitions, au même titre que manger et avoir des rapports sexuels est essentiel au succès de l’évolution. En fait, c’est en gagnant des compétitions que nous avons accès à la nourriture et aux partenaires reproducteurs. Par conséquent, il n’est pas surprenant que le fait de gagner des compétitions libère de la dopamine.

Cette poussée de dopamine est agréable, mais elle est différente de la poussée de plaisir H&N, qui est une poussée de satisfaction. Et cette différence est essentielle : la montée de dopamine déclenchée par la victoire nous laisse en vouloir plus.

Rien n’est jamais suffisant pour la dopamine. C’est la poursuite qui compte, et la victoire, mais il n’y a pas de ligne d’arrivée, et il n’y en aura jamais. La victoire, comme les drogues, peut créer une dépendance.

Nous savons inconsciemment quand quelqu’un a de grandes attentes en matière de réussite, et nous nous écartons de son chemin. Si vous percevez des signaux indiquant que votre adversaire a des attentes élevées en matière de réussite, il y a de fortes chances que vous souhaitiez éviter ce combat.

Personne n’aime perdre, mais c’est dix fois pire après avoir gagné. Il y a une anecdote dans le livre où quelqu’un a été nominé pour le meilleur médecin. Ce qui conduit à des angoisses l’année suivante de « Vais-je être nominé à nouveau ? ».

La dopamine et les objectifs

La dopamine de contrôle prend l’excitation et la motivation fournies par la dopamine de désir, évalue les options, sélectionne les outils et élabore une stratégie pour obtenir ce qu’elle veut. La capacité à fournir des efforts est dopaminergique. Nous devons croire que nous pouvons réussir avant d’être capables de réussir.

La dopamine ne se soucie pas de la manière dont on obtient quelque chose. Elle veut simplement obtenir ce qu’elle veut. La dopamine veut plus, et elle ne se soucie pas de la manière dont elle l’obtient. Moral ou immoral, dominant ou soumis, c’est du pareil au même pour la dopamine, tant que cela mène à un meilleur avenir.

La dopamine recherche le plus, pas la moralité ; pour la dopamine, la force et la fraude ne sont rien de plus que des outils. L’une des tâches du circuit de contrôle est de garder le circuit du désir sous contrôle ; d’où le problème de contrôle des impulsions associé au TDAH. Lorsque la dopamine de contrôle est faible, les gens poursuivent les choses qu’ils désirent sans se soucier des conséquences à long terme.

La dopamine et les émotions

La dopamine n’est pas dotée d’une conscience. Il s’agit plutôt d’une source de ruse alimentée par le désir. Lorsqu’elle est activée, elle supprime le sentiment de culpabilité, qui est une émotion H&N. La violence est parfois le résultat d’un dysfonctionnement ou d’une pathologie. Mais la plupart du temps, la violence est un choix — un moyen coercitif et calculé d’obtenir ce que l’on veut.

Pensez au calcul dopaminergique et à la réponse instinctive comme les extrémités opposées d’une bascule : quand l’un est élevé, l’autre est faible. L’émotion est presque toujours un handicap qui interfère avec l’action calculée. En fait, une stratégie de domination courante consiste à stimuler les réactions émotionnelles de l’adversaire afin d’entraver sa capacité à exécuter ses plans.

L’émotion écrase la considération, la prudence et le calcul de la dopamine de contrôle. Par ailleurs, une personne dont le circuit de contrôle est très actif peut être froide et calculatrice, impitoyable et dépourvue d’émotions.

Lorsqu’une action audacieuse est requise au milieu du chaos, celui qui peut rester calme, faire l’inventaire des ressources disponibles et élaborer rapidement un plan d’action est celui qui s’en sortira.

La dopamine, la saillance et la schizophrénie

La saillance fait référence au degré d’importance, de proéminence ou de visibilité des choses. Un type de saillance est la qualité d’être inhabituel. Par exemple, un clown marchant dans la rue serait plus saillant — plus étrange — qu’un homme en costume d’affaires. Un autre type de saillance est la valeur. Une mallette contenant 10 000 dollars est plus importante qu’un portefeuille contenant 20 dollars. Différentes choses sont importantes pour différentes personnes.

Les choses sont saillantes si elles ont le potentiel d’affecter votre avenir. Les choses sont saillantes si elles déclenchent la dopamine du désir. Ils diffusent le message : réveillez-vous ; prêtez attention ; soyez enthousiaste. C’est important.

Avec le temps, les choses deviennent cachées de notre attention. Ce n’est pas qu’une chose commence à être cachée, c’est que nous la rendons cachée parce qu’elle n’est pas importante pour nous. Nous inhibons notre capacité à remarquer les choses sans importance pour ne pas avoir à y gaspiller notre attention.

Dans la schizophrénie, le cerveau court-circuite, attachant de l’importance à des choses ordinaires qui devraient être familières et donc ignorées. Ce phénomène est également appelé inhibition latente faible.

L’auteur et journaliste Adam Hochschild l’a décrit de la manière suivante : « Lorsque je me trouve dans un pays radicalement différent du mien, je remarque beaucoup plus. C’est comme si j’avais pris une drogue altérant l’esprit qui me permet de voir des choses qui me manqueraient normalement. Je me sens beaucoup plus vivant ».

Le nouvel environnement devient familier, nous nous y adaptons et finissons par le maîtriser. Nous séparons les choses qui nous affecteront de celles qui ne nous affecteront pas, et l’inhibition latente revient, nous rendant confortables et confiants dans notre nouvel environnement. Nous pouvons à nouveau séparer l’essentiel du non essentiel.

Mais que se passe-t-il si le cerveau est incapable de faire cet ajustement ? Que se passe-t-il si l’endroit le plus familier ressemble à un environnement étranger ? Ce problème ne se limite pas à la schizophrénie.

Les modèles du monde

Les modèles sont des représentations imaginaires du monde que nous construisons afin de mieux le comprendre. D’une certaine manière, la construction de modèles s’apparente à l’inhibition latente. Les modèles ne contiennent que les éléments de l’environnement que le constructeur du modèle juge essentiels.

Les autres détails sont écartés. Cela rend le monde plus facile à comprendre et, plus tard, à imaginer une variété de façons de le manipuler pour en tirer un maximum de bénéfices. La construction de modèles n’est pas quelque chose dont nous sommes conscients. Le cerveau construit automatiquement des modèles au fil de la journée, et les met à jour au fur et à mesure que nous apprenons de nouvelles choses.

Non seulement les modèles simplifient notre conception du monde, mais ils nous permettent également d’abstraire, de prendre des expériences spécifiques et de les utiliser pour élaborer des règles générales.

Utiliser le voyage mental dans le temps pour prendre des décisions

Grâce à l’imagination, nous nous projetons dans différents avenirs possibles, nous les vivons mentalement, puis nous décidons comment tirer le meilleur parti de ce que nous voyons — comment maximiser nos ressources, qu’il s’agisse d’un siège spacieux, d’un billet bon marché ou d’un trajet rapide.

Le voyage mental dans le temps est un outil puissant du système dopaminergique. Il nous permet de faire l’expérience d’un avenir possible, bien qu’actuellement irréel, comme si nous y étions.

Le voyage mental dans le temps est utilisé en permanence, car c’est le mécanisme qui permet de faire tous les choix conscients de la vie. Pour le cerveau, chaque choix délibéré concernant l’avenir relève du système de dopamine et des modèles qu’il a créés, que vous décidiez de ce que vous allez commander au Burger King ou que le président décide de déclencher une guerre. Le voyage dans le temps mental est responsable de chaque prochaine étape de notre vie.

En conclusion

La question ultime que beaucoup se poseraient est : pouvez-vous contrôler la dopamine pour l’utiliser à votre avantage et non à votre perte ? Oui, vous le pouvez. Si vous savez ce qui se passe dans votre cerveau, vous n’avez pas besoin d’en être l’esclave. Vous pouvez dire « J’ai des envies ou je suis insatisfait. Et peut-être que ce n’est pas à cause de la réalité dans laquelle je vis. C’est peut-être à cause de la façon dont mon cerveau réagit à la réalité ». Cela vous permet de prendre du recul. Ainsi, le fait de savoir et d’être capable de reconnaître quand vos circuits de dopamine sont actifs va vous donner du pouvoir.

30 jours à 7€

7 €

Pendant 30 jours puis 37€/mois*

*réservé aux nouveaux membres

SOLUTION PRÉFÉRÉE
DES MEMBRES DLS

Accès mensuel

37 €


/mois

1 an d'accès

297 €

Soit 4 mois offert

37€ x 12 mois = 444€ 
Soit 147€ d'économie !