Web Analytics Made Easy - StatCounter

Outliers : l’histoire du succès

PAR Malcom Gladwell 

Cet ouvrage s’adresse sans doute aux sceptiques quant au mythe de la méritocratie.

En effet, il n’est pas rare que ce mythe soit remis en cause par de nombreux penseurs et citoyens. Cela est dû en grande partie à la façon dont nos institutions sociales occidentales actuelles légitiment l’inégalité qu’elles produisent et sont déployées sous des formes encore plus féroces pour résister aux politiques sociales visant à éliminer la pauvreté.

« Outliers » est extraordinairement bien écrit, compulsif à lire et crée des anecdotes convaincantes sur la vraie nature du succès. Il défie profondément les mythes sur le génie supposé des héros sportifs, juridiques et entrepreneuriaux de notre culture.

Les grandes lignes du livre « Outliers : L’histoire du succès » par Malcolm Gladwell

Pourquoi tant de joueurs de baseball des ligues majeures sont-ils nés à l’automne et tant de joueurs de hockey professionnels sont-ils nés à l’hiver ? Qu’ont en commun les Beatles et Bill Gates ? Pourquoi les Asiatiques excellent généralement en mathématiques ? Pourquoi le QI n’est-il pas un indicateur fiable de la réussite ?

Ce sont quelques-unes des questions intrigantes auxquelles répond Outliers, le dernier examen des idiosyncrasies humaines par Malcolm Gladwell du New Yorker Magazine dont les deux livres précédents, The Tipping Point et Blink, étaient tous les deux des best-sellers n°1. Gladwell, le fils d’un ingénieur britannique et d’un psychothérapeute jamaïcain, a le don de faire des recherches sur des sujets mystérieux et de décomposer ses découvertes surprenantes en termes simples et faciles à digérer. De plus, il a un style d’écriture engageant qui transforme le sujet le plus banal en une curiosité fascinante.

Gladwell se propose d’établir trois prémisses fondamentales à travers lesquelles il souhaite réécrire le récit libéral classique du succès comme résultat du génie ou du talent individuel :

  • Premièrement, le succès est plus une question d’opportunité que de talent, et les opportunités sont structurées par des forces sociales qui sont souvent cachées ou obtuses de manière peu intuitive ou fortuite.
  • Deuxièmement, ce talent est en grande partie une question d’opportunités de pratique. Gladwell a popularisé la règle dite des « 10 000 heures », qui postule qu’une pratique étendue, et non un talent inné, distingue les grands artistes, scientifiques et musiciens de la société du reste d’entre nous.
  • Enfin, Gladwell se penche sur les facteurs sociaux et culturels qui poussent les gens à réussir et il soutient que les cultures qui encouragent le « travail acharné » produisent plus de succès.

La chance et l’évolution

Gladwell est avant tout un conteur et la force de ses arguments repose en grande partie sur la force de persuasion de ses anecdotes.

Heureusement, il mène avec son meilleur matériel. En examinant de manière exhaustive la relation entre les coïncidences telles que la date de naissance et le succès sportif, Gladwell établit une preuve que les contraintes artificielles imposées par la société (dans ce cas, le regroupement des joueurs par année de naissance) créent une pression sélective qui avantage ceux qui sont nés le plus tôt dans la sélection.

Ce n’est pas que ceux qui sont nés plus tôt dans l’année sont toujours des êtres légèrement plus forts, légèrement plus grands et légèrement plus rapides que ceux nés plus tard dans l’année. C’est plutôt que l’environnement de sélection prend ces différences mineures et aléatoires et les renforce, offrant des opportunités précoces de formation et de pratique supplémentaires qui signifient qu’au moment où ces différences biologiques ou de développement cessent d’avoir de l’importance, elles ont été supplantées par de solides compétences.

Bien que Malcolm Gladwell lui-même n’utilise pas de métaphores évolutionnistes, les exemples qu’il fournit offrent des exemples convaincants sur la façon dont l’environnement, plutôt que le talent, façonne la réussite.

Dans le récit de Gladwell, les maîtres de la Silicon Valley ont pris de l’importance non pas parce qu’ils sont des génies (la plupart étaient talentueux, oui, mais pas académiques), mais parce qu’ils ont eu la chance de naître à une époque et dans un endroit où ils avaient des opportunités être à l’avant-garde dans la pratique d’une technologie qui allait bientôt remodeler l’ensemble de l’économie.

L’histoire narrative de Gladwell sur la scène juridique des fusions et acquisitions à New York est similaire : les entreprises [à prédominance juive] qui sont devenues les titans de Wall Street n’ont pas prévalu parce qu’elles étaient plus intelligentes ou mieux à même de juger les marchés financiers.

Parfois, Gladwell semble impressionné par les personnes talentueuses (à la fois réussies et non) qu’il a interviewées pour l’écriture de son livre ; mais plutôt que d’adorer les héros, il souligne avec précision qu’il y a bien plus dans le succès individuel que dans l’intelligence générale. La sociabilité et l’intelligence émotionnelle comptent aussi ; tout comme les contacts, la confiance en soi et l’expérience procurée par certains milieux socio-économiques par rapport à d’autres. 

La pratique des “10000 heures” ou la règle de la pratique avant le talent

L’explication alternative de Gladwell pour le succès de ces individus est que la pratique et l’expérience conduisent au succès. La répartition des opportunités de pratique (pour « 10 000 heures ») détermine qui se démarque dans un domaine particulier. Malheureusement, la nature anecdotique de cette affirmation sape son caractère persuasif. En effet, Malcolm Gladwell cite une seule étude de musiciens pour accorder à sa revendication un poids scientifique, et il convient de noter que les méta-analyses ultérieures n’ont pas réussi à reproduire le résultat en dehors de la profession musicale.

L’absence d’une ligne argumentative cohérente devient un problème particulier dans la seconde moitié du livre. C’est ici que Gladwell présente son cas sur ce qui pousse les gens à travailler dur sur une tâche pour les 10 000 heures de pratique requises en premier lieu. Malcolm Gladwell commence bien en introduisant l’idée d’influences culturelles sur le comportement à travers les travaux souvent cités sur les Sudistes aux États-Unis (Nisbett & Cohen) et le rôle de la culture dans les accidents d’avion.

Mais il soutient ensuite que certaines cultures sont mieux équipées que d’autres pour produire des comportements individuels qui produisent de manière fiable le succès. Le problème principal est que, comme tant d’autres travaillant dans cet espace, Gladwell déplace le lieu du succès des facteurs biologiques vers les facteurs culturels sans changer l’essence de l’histoire racontée sur les raisons pour lesquelles certains groupes réussissent et d’autres pas.

Les cultures qui encouragent le « travail acharné » produisent plus de succès

Le chapitre de Gladwell sur « pourquoi les Asiatiques sont bons en maths » est particulièrement flagrant.

Élaborant une histoire de la Chine pré-moderne en tant qu’idylle capitaliste et entrepreneuriale, il soutient que la culture chinoise est censée être adaptée pour reproduire des comportements d’autonomie, de travail acharné et de prise de risque. Même en ignorant l’atroce amalgame de toute l’histoire économique et culturelle de l’Asie, son affirmation est également fausse sur son aspect historique.

Alors que la propriété foncière des petits paysans a pu être l’idéal à certaines périodes de l’histoire chinoise, il y avait également des périodes caractérisées par la propriété foncière féodale, despotique ou dans la période ultérieure, en particulier dominée par le marché. Une version plus sophistiquée de l’argument de Gladwell pourrait souligner l’accent mis sur les examens de la fonction publique dans la gouvernance confucéenne ; les fortes densités de population dans la région ; ou le rôle de l’expérience d’immigrant qui pousse les parents à surinvestir dans l’éducation de leur enfant. Au lieu de cela, nous obtenons le type le plus paresseux d’explications culturelles innées, « juste comme ça ».

Pire, peut-être, est l’avant-dernier chapitre où Gladwell esquisse un récit de la façon dont nous pourrions égaliser le succès. Comme de nombreux promoteurs d’écoles à charte, Gladwell pense que des heures plus longues, plus de devoirs et une discipline plus stricte peuvent créer une culture de « travail acharné » qui sort les gens de la pauvreté.

Bien que beaucoup de personnes peuvent être sensibles aux arguments concernant l’allongement de la journée d’école, à ce stade, il est bien compris que les écoles privées sont très sélectives dans l’accueil d’élèves déjà doués et/ou motivés, servent mal ceux qui ne le sont pas et persuadent un double système d’éducation à plusieurs niveaux sans réellement améliorer les résultats. C’est donc une réforme entière du système scolaire qu’il faudrait mettre œuvre et pas simplement modifier les heures d’école.

Conclusion sur « Outliers : L’histoire du succès » par Malcolm Gladwell

Bien que nous puissions recommander « Outliers » comme expérience de lecture, les lecteurs doivent rester en garde contre l’abus de ses leçons. Gladwell choisit bien ses anecdotes, mais ce ne sont finalement que des histoires.

Alors que Gladwell se concentre sur la compréhension du succès, son livre présente également (involontairement ou non) un miroir des origines de l’inégalité.

Ainsi, même s’il faut reconnaître les efforts déployés et le travail de l’auteur pour éloigner les lecteurs des récits de réussite enracinés dans le mérite individuel, il faut tout de même rester fortement en garde contre leur remplacement par un déterminisme biologique ou culturel. La culture est puissante, certes, mais aucun groupe n’est un monolithe et chaque variation a des attributs à la fois positifs et négatifs, selon les compétences exigées par la société à un moment historique donné.

Finalement, Gladwell ne parvient pas à rassembler ces arguments en un tout cohérent. Il prouve son premier point, mais ne parvient pas à établir un argument factuel ou moral convaincant pour le deuxième et le troisième point de son livre.

30 jours à 7€

7 €

Pendant 30 jours puis 37€/mois*

*réservé aux nouveaux membres

SOLUTION PRÉFÉRÉE
DES MEMBRES DLS

Accès mensuel

37 €


/mois

1 an d'accès

297 €

Soit 4 mois offert

37€ x 12 mois = 444€ 
Soit 147€ d'économie !