Web Analytics Made Easy - StatCounter

L’art de penser clairement

PAR Rolf Dobelli 

Le titre de The Art of Thinking Clearly peut provoquer des hypothèses erronées sur le contenu du livre. Ce n’est PAS une auto-assistance sur l’entraînement mental ou les techniques de concentration. L’auteur Rolf Dobelli a recueilli de nombreuses erreurs logiques, des attentes ou des hypothèses que les gens font intuitivement qui sont illogiques ou inutiles avec une brève description et quelques exemples typiques pour chacune. À l’origine, ceux-ci étaient publiés sous forme de chronique hebdomadaire dans un journal. La version anglaise de The Art of Thinking Clearly condense le contenu des deux volumes en 99 chapitres.

Qui est Rolf Dobelli ?

Rolf Dobelli est un Suisse. Il est titulaire d’un M.B.A. de l’Université de Saint-Gall et d’un doctorat en philosophie économique. Il est l’auteur de quelques thrillers et, selon son propre compte, « le fondateur de Zurich.Minds, une communauté de certains des penseurs, scientifiques, artistes et entrepreneurs les plus célèbres et les plus distingués au monde, et co-fondateur de getAbstract , le plus grand éditeur mondial de connaissances compressées. »

Les erreurs de nos pensées

Les gens pensent mal. Ce n’est pas de notre faute, c’est évolutif. Les ours ont mangé tous ces hommes des cavernes qui ont mis trop de temps à réfléchir à une situation et à envisager des actions possibles. Nous sommes des descendants de personnes qui se sont présentées quand tout le monde s’est présenté, ont accepté le consensus du groupe, ont été rapides à se forger une opinion et ont eu une légère tendance à paniquer. Aujourd’hui, dans une société globale avec une sécurité moins assurée, nous gagnerions grandement à être plus réfléchis et analytiques. Mais nous avons hérité de cerveaux qui préfèrent une bonne histoire à un fait statistique.

Rolf Dobelli énumère 99 erreurs de pensée, ou biais cognitifs, dans L’Art de penser clairement , dispensant comme il le fait des conseils pour mener une vie plus rationnelle et moins sujette aux erreurs. Quiconque a fait le moins de lectures sur ce sujet reconnaîtra bon nombre des biais cognitifs décrits ici par Dobelli. Contrairement à la plupart des livres de psychologie cognitive populaires, cependant, ce livre ne présente aucun argument central et n’examine pas ces biais dans un contexte plus large. Il ne s’agit littéralement que d’une liste, avec des descriptions détaillées, des biais. Parfois, Dobelli attribue parfois le biais à certaines origines évolutives, et il citera assez souvent des expériences intéressantes menées par des psychologues (il ne l’est pas, soit dit en passant) qui ont révélé ou fourni un aperçu du biais en question.

Dobelli couvre ainsi 99 préjugés en 300 pages, il ne peut donc pas passer beaucoup de temps sur chaque préjugé.

L’art de penser clairement : notre problème de rationalité

Tout comme le suggèrent « Mauvaise conduite » et « La (honnête) vérité sur la malhonnêteté », nous ne sommes peut-être pas aussi rationnels que nous le pensions. La plupart du temps, nous n’arrivons à voir notre irrationalité et notre erreur de pensée que lorsqu’elles sont signalées par un tiers ou lorsque d’autres peuvent être blessés par notre irrationalité ou lorsque nous nous mettons dans une position inconfortable. Par conséquent, en étant conscients de nos tendances à s’écarter de la rationalité, nous pourrions choisir le bon chemin de manière beaucoup plus fréquente.

Il en va de même lorsque nous nous évaluons, certains, par exemple, aiment se surestimer. Disons que beaucoup de personnes se tiennent en haute estime. C’est un fait, nous avons tendance à surestimer ou sous-estimer.

Par conséquent, n’oubliez pas de toujours vous concentrer sur vous-même, les opinions des autres ne devraient pas influencer votre comportement et votre façon de penser. Mais là encore, nous nous comportons toujours mal.

Que cela nous plaise ou non, notre cerveau, aussi remarquable soit-il, regorge de raccourcis et de règles empiriques qui ont aidé nos ancêtres dans leur fuite ou leur réponse au combat. Cette pensée du Système 1 nous encourage à survivre, mais elle pourrait avoir des conséquences imprévues. Cela nous rend sujet aux erreurs de réflexion.

L’Art de Penser explique clairement certains des principaux pièges dont nous sommes susceptibles d’être la proie.

L’erreur de surestimer nos propres capacités

Cependant, la recherche a montré que nous sommes trop confiants dans de nombreux domaines de la vie.

Un bon moyen de surmonter cela est d’avoir une session de rétroaction honnête, de préférence constructive, ou qui pourrait être brutalement honnête.

Cette rétroaction est nécessaire pour être capable de comprendre nos limites concernant nos capacités, dans le but premier de ne pas se surestimer, mais aussi pour pouvoir réellement s’améliorer et développer ses capacités.

Il y a des choses que nous ne pouvons pas contrôler

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les gens dans les casinos lancent leurs dés plus fort s’ils veulent un nombre élevé et vice versa. Ce sont une simple indication de l’humanité souffrant d’illusion de contrôle.

L’illusion de contrôle nous offre de l’espoir, nous donne un certain sentiment de contrôle pour nous permettre d’endurer la vie quand cela peut sembler insupportable. L’espoir, même s’il ne doit pas être considéré comme une stratégie, comme lancer vos dés plus fort ou plus doucement, est fondamental dans notre vie.

Parfois, cela peut être une raison de survivre, de travailler dur, de rêver, de continuer à persévérer dans le simple espoir de réussir, quelle que soit la probabilité de réussite.

L’espoir n’est peut-être pas une stratégie, mais il est essentiel à la vie et à la survie.

Cependant, l’auteur souhaite insister sur ce point, il est dans notre intérêt d’être critique vis-à-vis des prévisions et de concentrer notre énergie sur les quelques éléments importants sous notre contrôle. Essayer de contrôler ce que nous ne pouvons pas est inutile, inutile et fastidieux. Cela ne fera que drainer notre énergie et ne nous donnera rien en retour.

Une stratégie doit être solide, pratique et réalisable, mais pas trop optimiste.

Nous avons tendance à suivre ce que fait le groupe

L’une des 48 lois du pouvoir nous suggère de penser individuellement, mais d’agir en groupe. À moins que vous ne vouliez vous isoler.

En effet, l’entraînement de groupe est de plus en plus pressant dans nos sociétés modernes, accentuée par les réseaux sociaux.

Ce livre suggérerait à chacun de documenter son processus décisionnel comme un principe pouvant être reproduit et amélioré. Je pense que c’est une excellente idée. Cela nous sauvera des dangers de « l’instinct grégaire » et de la pensée de groupe.

Biais de confirmation

Le biais de confirmation fait référence à notre tendance à interpréter les informations et les données, juste pour correspondre à notre théorie et à notre opinion initiales.

C’est dangereux et trompeur. Cela pourrait être traître.

Le but de tout processus de résolution de problèmes est de trouver une solution, pas notre propre solution prédéfinie. Nous avons l’habitude de supposer que notre solution était toujours la meilleure. Mais maintenant je sais mieux que je pourrais me tromper.

Par conséquent, il est toujours prudent de vous demander : « Comment puis-je savoir que j’ai raison ? »

Mais cela ne veut pas dire renoncer à notre opinion, car être un expert en la matière, dans n’importe quel sujet, ce qui signifie que nous, vous, moi avons notre mot à exprimer. Exprimez votre préoccupation de manière respectueuse, présentez vos preuves, vos références et votre expérience, et défendez-les au mieux de vos capacités. Pendant ce temps, d’autres devraient essayer de contre-argumenter. Mais rappelez-vous le but, le but est de savoir si vous avez raison. Pas pour s’assurer que vous êtes victorieux.

Encore une fois, n’oubliez pas de défendre votre idée avec vigueur et sans pitié, je l’ai toujours fait, mais quand vous vous trompez. Admet le. Apprenez-en. Améliorez-le.

Conclusion

Nous pensons que nous sommes meilleurs que nous ne le sommes réellement et nous recherchons automatiquement des informations qui nous confirment dans nos croyances préexistantes. Nous avons également une préférence pour l’exotisme, les belles personnes et une petite plutôt qu’une grande sélection de choses. Nous ne remarquons qu’une quantité limitée de choses devant nous et ne savons pas comment porter des jugements absolus. Et nos décisions sont guidées par nos émotions et par la façon dont les gens autour de nous se comportent.

Les conseils donnés par l’auteur Rolf Dobelli :

Obtenez une opinion honnête sur vous-même.

Que cela vous plaise ou non, vous surestimez vos capacités comme tout le monde. Un bon moyen de lutter contre cette tendance est de demander à votre ami (ou mieux encore : votre ennemi) de prendre un café et de lui demander son opinion honnête sur vos forces et vos faiblesses.

Ne vous laissez pas berner par « un temps limité seulement ».

Ces types d’argumentaires de vente jouent sur votre tendance à valoriser davantage les choses lorsque leur disponibilité diminue. Au lieu de cela, rappelez-vous que, de nos jours, pratiquement tout peut être trouvé en ligne. Cela vous aidera à vous concentrer sur les avantages réels du produit, plutôt que sur la possibilité qu’il disparaisse à jamais.

30 jours à 7€

7 €

Pendant 30 jours puis 37€/mois*

*réservé aux nouveaux membres

SOLUTION PRÉFÉRÉE
DES MEMBRES DLS

Accès mensuel

37 €


/mois

1 an d'accès

297 €

Soit 4 mois offert

37€ x 12 mois = 444€ 
Soit 147€ d'économie !